[Journal de Bord n° 1]: Plongée juridique dans la protection du milieu marin

Publié par

Seconde semaine d’immersion…

Tout d’abord, je tenais à me présenter. Je m’appelle Vincent est je suis en Master 2 en Droit de l’environnement et de la mer à l’Université de Nice. Au travers de ce journal de bord, j’espère vous partager le quotidien d’une association de protection de l’environnement du côté du juriste et pourquoi pas vous donner l’envie de travailler pour une cause. 

Il peut sembler étrange de réaliser un stage dans une association au cours d’un Master 2. Malgré tout, les expériences et les débouchées peuvent se révéler valorisantes. Le travail est effectué par des professionnels salariés, aussi bien dans le domaine du droit que de la gestion. De plus, les partenariats, nombreux et de grande ampleur (Union Européenne, autorités déconcentrées, collectivités…) sont de bons augures pour la construction d’une carrière professionnelle. Ayant commencé il y a à peine deux semaines pour une durée de 8 mois, il m’est encore difficile de disposer du recul nécessaire pour pouvoir en parler de manière objective mais je vais tenter d’exposer les tâches que l’on m’a demandé d’accomplir. 

Tout d’abord, une certaine mise en contexte s’avère nécessaire. L’association pour la pêche et les activités maritimes durables (APAM) s’occupe de la mise en œuvre du projet européen FishMPABlue 2 visant à la promotion de la pêche durable et promouvant la gestion des Aires Marines Protégées par des acteurs locaux, plus à même d’apprécier les véritables enjeux du milieu. 

Au départ, j’ai dû effectuer un certain nombre de lectures afin de comprendre le rôle des différents acteurs et de démêler les rouages et le fonctionnement de l’association qui s’avère lié à la fois aux professionnels des métiers de la mer, aux collectivités locales et à l’Union Européenne. Une fois les différents projets acquis, je me suis ensuite penché sur le fonctionnement administratif de l’association et du monde du travail en général. Il m’a été confié la rédaction et la mise à jour de différents documents obligatoires pour une personne morale à but non lucratif employant des salariés, tels que le registre unique du personnel et le DUERP (Document Unique d’Evaluation des Risques du Personnel). 

Cette partie administrative et juridique convient parfaitement à l’étudiant en droit que je suis mais ne m’apporte guère d’expérience sur des domaines qui pourraient développer ma future carrière. 

Cependant, j’ai pu assister à un forum terre-mer réunissant les différents acteurs de la côte varoise et des Alpes-Maritimes. Les associations de protection de l’environnement mais également les élus locaux, représentants du gouvernement et de la préfecture y étaient présents. Outre les différentes conférences et débats auxquels j’ai pu assister, cela m’a également permis de rencontrer des personnalités, parfois éminentes, telles que le conservateur du littoral, le directeur de la section environnement de la DDTM ou encore des scientifiques de l’IFREMER* avec lesquels j’ai pu discuter et échanger. 

Ce genre de manifestations, en plus d’apporter un point de vue sur le fonctionnement des différents niveaux de gouvernance et de comprendre de quelle manière la coordination est mise en œuvre, permet de développer un réseau qui pourra s’avérer capital pour ma future carrière. En effet, les différents partenaires se rendent à ce genre de conventions afin de trouver des personnes susceptibles de pouvoir réaliser leurs différents projets. La directrice de l’association possède ainsi un solide réseau qu’elle utilise pour mener à bien les missions de celle-ci. 

Je reste malgré tout conscient que ces personnes ne viendront pas à moi, simple stagiaire, d’elles- mêmes et que je devrai donc aller vers elles et leur montrer l’intérêt que je porte à leur cause. 

Pour l’instant, mon stage en association m’apporte donc un point de vue pratique et une expérience professionnelle qui pourra se concrétiser par la construction d’un réseau dans les prochains mois. Le caractère petit et « familial » de l’association encourage également le dialogue avec mon tuteur de stage qui reste ouvert à mes éventuelles questions et demandes.

Je vous donne rendez-vous dans le prochain numéro du journal de bord et j’espère pouvoir vous préciser davantage le rôle du juriste dans une telle structure.  Stay tuned. 


*Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer


Une contribution de Vincent CHIARO


NB : Les opinions émises dans ce « journal de bord » n’engagent que son auteur et en aucun cas « l’association pour la pêche et les activités maritimes durables »

Publicités

One comment

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s