TOP 5 des idées reçues sur les études de droit

Posted by

Comme partout, il existe beaucoup de préjugés que peu de personnes cherchent à comprendre réellement. Mais qu’en est-il pour les études de droit ? Entre « le droit c’est du par coeur », « quand tu fais du droit t’as plus de vie », « à la fac on sort tout le temps »,…on ne sait plus qui croire ! Alors tous ces mythes que l’on peut entendre sur la fac de droit sont-ils vrais ?

Découvrons 5 grandes idées reçues sur les études de droit !

1- “Le droit, c’est du par coeur” 

On a tous déjà entendu le fameux « le droit c’est du par coeur » ! 

On va alors rompre le mythe aujourd’hui puisque le droit, c’est en effet beaucoup (beaucoup !) de notions, de vocabulaire, de dates à connaître (voir la méthode du spacing effect pour mieux apprendre ses cours)… et à comprendre ! Mais c’est aussi un vrai raisonnement juridique qu’il faut acquérir. 

Mais dédramatisons, quelle filière aujourd’hui exclut tout apprentissage de notions clés ? 

Le droit demande de la réflexion derrière l’apprentissage, il est important de comprendre les mécanismes pour les mettre en pratique. Les études de droit s’accompagnent alors d’un vrai savoir-faire puisque pour les exercices tels la dissertation, le cas pratique, ou le commentaire d’arrêt, il ne suffit pas de réciter ce que l’on a appris mais de réfléchir et de faire un travail de synthèse et de réflexion. 

2- “Les études de droit, c’est pour être avocat”

Alors oui, en effet, pour être avocat il faut passer par des études de droit. Cependant, ce n’est qu’un seul métier parmi un large éventail de métiers auxquels les étudiants en droit pourront accéder après leur diplôme. 

Vous pourrez être juge dans divers domaines, être juriste d’entreprise, huissier de justice, notaire, commissaire de police (ou priseur !), greffier… À vous d’explorer, la liste est longue ! Dans le droit, comme hors du droit (lobbying, entreprenariat, etc.)

Nuançons quand même, il faut le dire, effectivement le droit ne mène pas à tout . Mais, il peut mener à beaucoup de professions. Donc non tout le monde ne veut pas être avocat en droit ! 

C’est bien connu, tous les étudiants en droit veulent devenir Harvey Specter…

3- “Quand t’es en droit, tu n’as plus de vie sociale” 

L’expression « plus de vie sociale » est peut-être un peu forte non ? Mais il faut dire ce qui est, la fac de droit demande beaucoup de travail personnel à fournir. Un étudiant en droit passe de longues heures par semaine à travailler à la BU ou ailleurs.

En effet, en plus des cours à suivre en amphi ou en travaux dirigés (en petits groupes), les étudiants en droit doivent compléter, comprendre et mémoriser leurs notes. Il faut aussi préparer les fameux TD (plusieurs par semaine), lors desquels les étudiants en droit doivent plancher sur des fiches de jurisprudence (parfois nombreuses !), des cas pratiques, dissertations et commentaires d’arrêt. Et ça, ça prend beaucoup de temps ! Évidemment, tout est une question d’organisation ! Et si l’on bosse efficacement, on a largement le temps d’avoir une vie sociale pour pratiquer des activités et voir ses proches. 

Dans tous les cas, il faudra être motivé pour faire du droit, surtout pour vaquer à ses occupations sans trop culpabiliser de ne pas avoir préparé son TD du lendemain. 

4 – “La compétition est rude”

Tout dépend des facs… on dit souvent qu’il règne un climat de concurrence dans les grosses facultés, et d’entraide dans les petites. Gare aux clichés.

Il n’y a pas de concours en droit donc moins de concurrence (comme en médecine par exemple) mais le droit reste une filière sélective. Il y rentre beaucoup d’étudiants mais peu sortent avec un M2 en poche en 5 ans. Sur la route, il y a du grabuge. 

Néanmoins, les échecs sont plus liés à des soucis d’orientation, d’organisation et de méthode. Rien à voir avec les autres.

La compétition en fac de droit, allégorie

5 – “Le taux de réussite est très faible !”

Disons plutôt que le taux d’échec est élevé, il faut compter dans ce nombre ceux qui ont abandonné en cours de route et qui n’ont pas passé les examens de fin d’année. 

Mais pourquoi autant de redoublements ? D’abord par le changement de cadre (surtout en licence 1 après le lycée). Vous arrivez dans un nouvel environnement, et chacun doit s’adapter au manque d’encadrement qu’est celui du lycée, et à la masse de travail à fournir. On peut aussi vite se faire embarquer par les sorties, les soirées. 

Le redoublement c’est aussi une accumulation de petites erreurs. Organisation (on en parle dans les 8 résolutions d’un étudiant en droit), planification, travail personnel, application de la méthode, compréhension des attentes des correcteurs…

De plus, il suffit que vous ayez des matières aux rattrapages au premier semestre pour que cela complique le second semestre. Puis, s’il vous reste des matières et que vous passez quand même à l’année supérieure, ce sont de vrais boulets que vous pourrez traîner. 


Par Pamplemousse, 1er magazine 100% mobile des étudiants en droit 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.