Un polar pour comprendre le droit criminel

Posted by

Valrouge, nuit d’Halloween 2015, des jeunes vaquaient sur la place de la mairie. Certainement rongée par l’ennui, la fougueuse jeunesse se mit à faire des passes avec ce qui trainait sur le parterre désert de la place. Vient le tour d’un ballon recouvert d’un masque d’Halloween… mais ce n’en était pas un.

Voici le topo du petit dernier de chez Enrick B. Editions (coll. le meilleur du Droit) qui s’intitule sobrement « Vous perdez la tête, Élisabeth ». Ce roman policier est écrit par Hervé CROZE et Mathias MURBACH, deux juristes au parcours si différents et à la fois si complémentaires. Le premier est avocat honoraire, le second est magistrat et ancien capitaine de police. Ceci a sûrement eu son importance dans la construction de l’ouvrage.

Ce roman policier « avec de vrais morceaux de procédure pénale dedans » se déroule à Valrouge, ville fictive de la Côte-d’Azur. Nous y suivons les aventures d’un jeune lieutenant de police, Raphaël et d’un avocat pénaliste, Loïc. L’intrigue tourne autour de la découverte d’une tête coupée et de l’enquête qui s’en suit. Le tout est entrecoupé de tracas du quotidien de nos protagonistes, l’un se retrouve interrompu en plein date, pendant que l’autre découvre son vélo cadenassé.

Ce livre est une belle surprise en cette fin d’année (à l’heure où nous écrivons ces lignes). L’ouvrage rafraîchit le genre sur deux points : sa construction originale (I) et son réalisme (II).

I – Une construction originale

Toute l’originalité de ce roman réside dans sa construction : suivre une intrigue, puis commenter juridiquement les actions de l’intrigue. Pour les plus vieux, le dessin animé les « Mystérieuses cités d’Or » vous vient peut-être en tête. Sa force était qu’à chaque fin d’épisode, le narrateur proposait un mini-documentaire sur la culture sud-américaine. Dans notre livre, la démarche est identique, sauf qu’on n’y parlera pas des tortues des Galápagos mais du régime de la garde à vue par exemple.

Ainsi, sous la forme d’un dialogue bien rythmé, un certain professeur X nous apprend le process de l’enquête pénale. Du fonctionnement de la police judiciaire à la « procédure mexicaine » tout y passe. Bon, il faut remercier Marie-Céline ou bien Marie-Gertrude (nous avons perdu le fil) d’avoir recueilli les inestimables propos du professeur X.

Plus sérieusement, en fin de chapitre vous retrouverez sous la forme d’un dialogue un focus sur un point de procédure pénale, reprenant les actions du chapitre passé. Le cocktail fonctionne : la compréhension des notions juridiques est d’autant plus facilitée par le déroulement de l’intrigue.

Le « cours » de fin de chapitre est ponctué d’illustrations

II – Une plongée dans la réalité du quotidien judiciaire

A côté du système de lecture originale et parfois décalé, les auteurs ont voulu retranscrire un quotidien ou plutôt des quotidiens, pour ne pas dire la réalité. L’histoire principale est parsemée de petites parenthèses, rappelant la dure réalité des professions d’avocat et de policier. Une intrigue secondaire met à nu les violences conjugales, la difficulté pour les victimes de se détacher de leur bourreau. La réalité parfois crasse des quartiers populaires y est également mise à nue, sans jugement de valeur.

Vivez aussi le quotidien de l’avocat, loin des plaidoiries enflammées. L’avocat a son lot de tracas : de son travail empiétant sa vie privée à son impuissance en garde à vue. La face cachée de la profession est rappelée au lecteur.

Le réalisme de l’ouvrage nous permet aussi de découvrir qu’une enquête policière n’est pas le fait d’un seul personnage. Eh oui, Sherlock Homes est une fiction. La réalité, c’est la mise en marche de toute une fourmilière dans la recherche de la vérité judiciaire. Le procureur, le commissaire, les officiers de police judiciaire, le légiste, les différents services techniques (brigade de sûreté urbaine) … sont autant de participants à l’enquête pénale. Oubliez le mentaliste qui découvre le meurtrier juste en examinant une photo.

Des fans de Kaamelott ? Ça n’a pas de prix.

Conclusion – Verdict ?

L’histoire est bien ficelée. Elle remplit son rôle de : nous tenir en haleine. L’essentiel reste dans l’originalité pédagogique du couple histoire/notions. L’ouvrage nous ressort grandi, notamment sur le fonctionnement de la police dont nous avons, comme beaucoup de monde, énormément de préjugés à cause des films et séries. Ce retour à la réalité est un bol d’air frais à destination de toutes les personnes qui souhaiteraient connaître le fonctionnement des institutions du pays. Cette connaissance est la meilleure des préventions contre les risques d’abus de l’appareil d’État.

D’ailleurs spoiler, un tome deux, centré sur le procès, est en préparation. Nous serons heureux de vous en faire un compte-rendu passionné.

Et notre verdict dans tout ça ? A lire ! 


Pour en savoir plus :

Le livre est disponible par ici : https://www.enrickb-editions.com/vous-perdez-la-tete-elisabeth

Le site de l’éditeur : https://www.enrickb-editions.com/

Pour suivre les aventures de la collection « Le meilleur du droit » sur Facebook : https://www.facebook.com/LeMeilleurduDroit/


Relecture d’Aloïs Toyane (Comité de rédaction)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.